Depuis 1936

Casa Leopoldo est un restaurant, fondé il y a plus de quatre-vingts ans, au cœur de Barcelone, dans le quartier du Raval.

Histoire

Au-delà d’un restaurant, Casa Leopoldo a été et est encore un lieu de rencontre et de culture de la ville et du pays. Il s’agit d’un espace immuable, reflet d’une société et des générations qui, malgré les changements de styles, de personnalités et de pensées, a toujours été fréquenté par des artistes et des célébrités influentes comme Manuel Vázquez Montalbán, Manel Serrat, Joan Colom, Pablo Picasso, Salvador Dalí, Lola Flores, Terenci Moix, Josep Maria Pou, Núria Espert, Joan Marsé, Joan de Sagarra, Maruja Torres, Salvador Távora, Eduardo Mendoza, Domenèc Reixach, et par le monde de la tauromachie comme José Tomás, Paquirri ou Paco March, entre autres.

elvira-y-leopoldo

Elvira et Leopoldo à l’entrée de Casa Leopoldo.

familia-leopoldo-gil

Leopoldo Gil, debout à droite, en juillet 1936.

La famille de Rosa Gil vivait bien dans son village de Puerto Minglago, à Bajo Mestral, grâce à l’élagage. Mais un jour, il n’y eut plus d’arbres à couper et la famille se vît forcée d’émigrer à la recherche d’un avenir meilleur. C’est ainsi, que le grand-père Leopoldo, âgé de 12 ans, et sa famille arrivèrent de Teruel à Barcelone, dans une charrette qui servait à transporter de la laine. Il fut aussitôt fasciné par la ville. La famille se logea dans des baraques, où vivaient plusieurs familles ensemble et occupaient les lits lorsque les autres partaient au travail.

Leopoldo fut d’abord cheminot adhéré à la CNT, mais la famille jugeait que la situation était très difficile pour tous et ensemble, ils décidèrent de fonder, en 1929, le prédécesseur de la mythique Casa Leopoldo, un cellier rue Aurora.
Quelques années plus tard, en juillet 1936 (deux semaines avant le début de la Guerre Civile espagnole), ils s’installèrent Rue Sant Rafael, où ils demeurent encore. Leopoldo, le grand-père de Rosa, était un homme costaud, mais aigri par la vie. Pourtant, il adorait sa mère, la grand-mère Tomasa, jusqu’au point de tout faire pour la rendre heureuse. Son propre bonheur, il le trouva dans les bras d’une jeune fille de son quartier, danseuse et chanteuse, dont il s’éprît follement. Mais, Tomasa l’arrêta : cette jeune fille n’est pas pour toi, Leopoldo. Il obéît à sa mère et renonça à cet amour de jeunesse. Il se maria avec Elvira Sancho Julián, grand-mère de Rosa Gil, et fille de Carmen Pastor Artero de Castellón et Enrique García Vidal San Fernando de Henares. Elvira travaillait comme domestique chez le riche politicien Francesc Cambó.

rosa-gil-y-leopoldo

Rosa Gil et Leopoldo

familia-gil

La famille Gil à l’entrée de Casa Leopoldo